Archives de Tag: Économie

Les occasions d’affaires en environnement: Montréal peut-elle en tirer profit?

L’industrie verte («eco-industry» selon Durand A.L. et Sinclair-Desgagné B.) à l’échelle mondiale génèrera des revenus annuels de 1000 milliards de dollars US en 2015 et près de 3000 milliards d’ici la fin de la décennie suivante. (1) Des gains similaires en matière de productivité sont aussi envisageables par une meilleure gestion des ressources. (3), (4) La région de Montréal pourrait-elle profiter de ces changements et saisir des occasions d’affaires? Lire la suite

Des entrepreneurs aux anges

Ce lundi, dans un communiqué, le ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, Sam Hamad, annonçait la création du Fonds Capital Anges Québec en collaboration avec le réseau Anges Québec. Le gouvernement québécois, par le biais d’Investissement Québec, contribue au fonds à raison de 20 millions de dollars, tandis que 10 millions sont ajoutés par des investisseurs du réseau Anges Québec. Lire la suite

Deuxième Forum d’Écotech Québec : La grappe des technologies propres

La conclusion du panel intitulé « Cadre réglementaire et fiscal », lors du deuxième Forum d’Écotech Québec, tenu le 18 novembre 2010 est sans équivoque : les cadres réglementaires et ficaux actuels au Québec et au Canada ne permettent pas le développement d’une économie des technologies propres forte et exportable.

Le pannel constitué de représentants du monde des affaires (Marie-Hélène Labrie, d’Enerkem, Guy Drouin de Biothermica et Paul Lanoie professeur à HEC) s’est entendu sur deux constats : les réglementations sont d’une part viellissantes, et d’autres part disparates. À titre d’exemple, le cadre réglementaire le plus restrictif au Québec sur le plan de la qualité de l’air est celui de la ville de Montréal. Or, comme le gouvernement du Québec n’a pas de politique aussi restrictive que la ville, cela a pour effet que certaines industries ont migré vers la banlieue, où le cadre est plus souple. Résultat, au lieu de créer un terreau fertile pour les entreprises de technologies propres du secteur de la qualité de l’air, et de voir une grappe d’entreprises émerger; M. Droin déplore que nous avons plutôt assisté à des usines qui ont déménagé de Montréal pour aller polluer ailleurs. Il a ajouté que personne n’en est sorti gagnant.