Archives de Tag: affaires

Souper Tournant du 2 avril 2014 : « Faites tourner votre carrière »

Le 2 avril dernier, le restaurant Le Robin des Bois, OSBL qui distribue tous ses profits à des œuvres de charité qui luttent contre la solitude, l’isolement et la pauvreté, accueillait le 1er souper tournant 2014 de la Jeune Chambre de commerce de Montréal sous le thème « Faites tourner votre carrière ».

L’originalité de ce Souper Tournant résidait dans le fait que chaque participant a eu la possibilité, quelques jours avant l’évènement, de choisir les professionnels invités par la Jeune Chambre de commerce de Montréal avec lesquels il aimerait discuter tout au long de cette soirée, que ce soit à titre personnel ou professionnel. Le but étant d’optimiser les chances à chacun de détecter des opportunités d’affaires ou d’apporter des pistes de réflexion à sa propre démarche.

Cet évènement a été l’occasion pour les entrepreneurs dans l’âme d’en apprendre davantage sur le parcours à suivre depuis l’idée de monter sa propre entreprise jusqu’à sa création et son exploitation en passant par les démarches administratives, la prise de connaissance des organismes venant en aide aux entrepreneurs et les subventions disponibles.

Cet évènement a aidé à mettre en évidence les défis, les pièges à éviter et les moyens à mettre en œuvre dans une démarche entrepreneuriale ou dans un choix de carrière.

Cet évènement a aussi permis de rencontrer des personnes inspirantes dont le parcours, le choix de carrière et les initiatives en ont fait rêver plus d’un.

RÉSEAUTER, ce n’est pas simplement ajouter un contact dans son LinkedIn, c’est SAVOIR FAIRE DON DE SOI.

Bilan de l’évènement : 108 participants dont 11 professionnels qui ont fait part de leurs expériences et expertises, et plus de 1 200 $ de cadeaux distribués tout au long de la soirée grâce à la générosité de nos commanditaires (Hôtel W, VSquareFitness, Félix Renaud Photographe, Evenko, Vodka Signature, Sur Mesur, Jean Coutu, Affiche-toi, Café Expert, Céridian, Nu.I, Sortimage Communications, la revue Inspiro et BrandAlliance).

La Jeune Chambre de commerce de Montréal se joint à moi pour remercier les professionnels présents à l’évènement :

  • Pierre-Franck Honorin, Desjardins
  • Nicholas Cerminaro, Norton Rose
  • Alexandra Langelier, Ordre des Comptables Professionnels Agréés
  • Sara Leblanc, Inspiro
  • Anne Legault, Brand Alliance
  • Nicolas Prieur, Affiche-toi
  • Julie Thériault-Brochu, Ceridian
  • Mathieu Lefebvre, Entraineur privé chez Kinergik
  • Laetitia Legrain, SAJE accompagnateur d’entrepreneurs
  • Fabrice Vil, P3P
  • Valérie White, Evenko

Cet évènement fut un réel succès compte tenu du fait qu’à 22h30, des participants étaient toujours attablés et des commentaires reçus tout au long de la soirée. Nous aurons sûrement la chance de les revoir dans les prochains évènements de la Jeune Chambre de commerce de Montréal.

Cédric Aimo                                                                                                                Collaborateur Souper Tournant,                                                                                    Comité Réseautage

Publicités

Arrimages rencontre le Talisman Theatre !

Devoir subitement tout laisser derrière, ne prendre avec soi que ce que l’on peut porter, être projeté dans un voyage dont l’issue est inconnue et qui ne connaîtra pas de retour. Faire l’expérience de l’autre, vivre entre les frontières pour espérer s’ancrer dans une nouvelle patrie. Voilà quelques réalités de l’exil auxquelles a été confrontée la cohorte Arrimages de la Jeune Chambre, le mardi 6 mars dernier. The AENEID, adaptation du poème épique de Virgile mise en scène par le Talisman Theatre, présentée en anglais au Théâtre La Chapelle, à Montréal, est une pièce qui examine des problématiques qui ont traversé les siècles tout en soulevant des enjeux résolument contemporains.

Pourtant, nous étions attendris devant les personnages qui ont même réussi à nous faire rire. L’utilisation des marionnettes en était certainement pour quelque chose. Le metteur en scène, Zach Fraser, faisait remarquer comment la naïveté qui se dégage des marionnettes, tel l’attachement qu’on ressent pour un enfant, permet aux comédiens comme aux spectateurs d’aller plus loin dans la compréhension du récit et, dans ce cas, de «l’horrible de la situation».  Le spectateur s’identifie plus facilement et profondément à ce qui se déroule sur scène. Les marionnettes permettent aussi de mieux servir le texte et ce qu’il évoque : le monde surréel, supranaturel, les dualités entre mondes réels et mondes sous-terrain, la tension entre le drôle et le tragique et l’exploration d’aspects magiques.

L’auteur Olivier Keimed, qui a également signé le texte (ou la partition, devrions-nous dire, dans le cas de Pilon Lemieux 3D Art) Icare, représentation à laquelle nous avons pu assister au TNM le mois dernier, s’attaque encore ici à un récit classique et aux mythes fondateurs. L’Énéide de Virgile, écrit entre 29 et 19 av. J.C., traite de la guerre de Troie et fait l’apologie de la civilisation romaine. Keimed semble avoir dégagé du texte un propos plus universel, voire humaniste, ne prenant pas de camp ou de position moralisatrice. Plutôt, il nous appelle à réfléchir au déracinement souvent cruel auquel sont confrontées plusieurs personnes aujourd’hui. Une note biographique au programme nous apprend que cette réalité est reliée à sa propre histoire familiale, à travers celle de son père qui, en 1952, quittait l’Égypte.

En discussion avant la représentation, nous avons pu en apprendre plus long sur le fonctionnement du Talisman. La compagnie a pour mission de produire et diffuser des œuvres québécoises contemporaines de la relève, souvent féminines, afin de les rendre accessibles à un public non-francophone et lui donner accès à un pan de la culture québécoise. En raison de cette mission, l’œuvre théâtrale doit avoir été représentée au moins une fois. Le Talisman s’occupe de la traduire et propose sa propre vision de l’œuvre. Car chaque nouvelle mise en scène vient, en quelque sorte, faire ressortir une interprétation inédite d’un texte. Dans ce cas, la pièce écrite pour 7 comédiens a été adaptée pour 3 marionnettistes (les talentueux Marcelo Arroyo, Deena Aziz et Chimwemwe Miller).

Le Talisman présente une œuvre par année ce qui s’explique, entre autres, par ses moyens financiers. Lyne Paquette, fondatrice et directrice artistique de la compagnie, précisait que 80% du budget provient des fonds publics. La compagnie est financée «à projet», et non encore «au fonctionnement», par les trois paliers de gouvernement (national, provincial et ville). Les recettes de billetterie, les dons et les placements au programme permettent de recueillir le 20 % du budget supplémentaire. Rappelons qu’un projet de création peut souvent demander de nombreuses heures de travail. Dans ce cas, la confection des marionnettes, réalisée par Zach Fraser, a demandé une certaine dose d’engagement et de passion. Avec toutes les heures investies, disons qu’il fallait trouver une autre motivation que celle du taux horaire, nous révélait-il avec humour.

Frédéric Tremblay, avocat spécialisé en droit du travail, est membre du CA de la compagnie qui a été formé il y a deux ans. Cette implication, même si elle fut le fruit du hasard, répond pour lui au besoin de sortir du cadre habituel de ses activités pour l’enrichir. Le conseil, formé de 3 à 10 personnes, a pour mission de rendre les rêves en réalités convaincantes et de répondre aux défis posés. Un petit rôle, nous dit-il, mais qui a de grandes conséquences.

Il n’est pas étonnant que ce soit le Théâtre La Chapelle qui ait présenté cette pièce risquée et engagée. Le directeur du théâtre La Chapelle, Jack Udashkin, qui se décrit comme dirigeant un théâtre un peu rebelle, nous a présenté avec passion sa vision de ce lieu qui est devenu, depuis son arrivée en 2007, un centre névralgique en création contemporaine québécoise. Pour le coup, les gestionnaires en nous sont interpelés. N’est-ce pas qu’il faut, en plus de la vision artistique, une bonne dose d’aptitudes entrepreneuriales pour diriger un organisme artistique!

Car Udashkin a du flair, une capacité à dénicher des talents et à programmer des œuvres qui intéressent les publics. Il peut s’appuyer sur un bassin de talents au Québec très particulier. Cette nouvelle vague d’artistes de la scène d’avant-garde québécoise propose des œuvres originales mais accessibles. Il explique cette capacité à transmettre leur propos artistique par une certaine qualité visuelle des œuvres et un caractère d’authenticité. Il s’appuie également sur des principes marketing qui s’inscrivent en faux contre le dictat des publics cibles aux goûts établis, auxquels il faut plaire. Plutôt que de programmer ce qu’il croit que le public voudrait voir, il mise sur le caractère de l’étonnement et sélectionne les œuvres en fonction de leur potentiel provocateur, de visions nouvelles du monde, et pousse ses publics à ressentir de l’empathie pour ces nouvelles idées.

Marie-Hélène Grenier, participante Arrimages

Atelier Graff; une découverte gravée dans ma mémoire!

Mardi dernier, le 10 décembre, notre cohorte Arrimages a eu le plaisir de découvrir deux lieux artistiques du Plateau Mont-Royal : un atelier et une galerie! Pour cette troisième sortie culturelle de la saison 2013-2014 du programme Arrimages, l’art imprimé était au menu. Grâce à une visite des lieux, à des rencontres et échanges riches en informations et des démonstrations de techniques d’impression, l’art imprimé n’a plus de secret pour nous.

Affichage de Photo 5 - Atelier Graff.JPG

J’ai particulièrement apprécié de pouvoir assister à différents processus d’impression, mais aussi de procéder moi-même à l’impression par sérigraphie. En effet, guidés par une enseignante en art imprimé, nous avons fait le tour de l’Atelier tout en assistant à des démonstrations impressionnantes et en rencontrant des artistes passionnés.

À Montréal, il est plutôt facile de consommer de l’art visuel, mais rares sont les occasions d’assister à l’impression d’une œuvre et d’en comprendre la méthodologie. L’appréciation d’une œuvre est toujours différente quand on en connaît et comprend le travail nécessaire derrière la réalisation ainsi que lorsque les artistes réussissent à nous transmettre leur passion. On l’apprécie davantage.

Affichage de Photo 3 - Atelier Graff.JPG

En plus de découvrir les œuvres de plusieurs artistes, nous avons eu l’occasion de discuter des défis avec lesquels l’administration doit jongler. Le principal est certainement la levée de fonds qui permet notamment de maintenir en vie ce lieu de création fondé en 1966 – l’un des premiers centres d’artistes autogérés du Canada.

Affichage de Photo 1 - Atelier Graff.JPG

Bien qu’administrés distinctement, l’Atelier et la Galerie Graff sont situés dans le même édifice de la rue Rachel, en plein cœur du Plateau Mont-Royal. Le premier est un lieu de création offrant aux artistes membres l’accès à du matériel et des installations permettant la réalisation d’œuvres imprimées – de la lithographie au numérique, en passant par l’eau-forte et la sérigraphie. Alors que le second sert à l’exposition d’œuvres imprimées. D’ailleurs, jusqu’au 30 décembre, ne manquez pas votre chance d’aller visiter l’exposition-bénéfice au profit de l’Atelier Graff. Une occasion en or pour découvrir l’art imprimé, faire l’achat d’œuvres à prix raisonnable, de même que d’encourager des artistes d’ici.

Pour plus d’informations sur l’Atelier Graff n’hésitez pas à visiter le site internet à l’adresse suivante: www.graff.ca/atelier

Alexandre Boyer, collaborateur programme Arrimages

Souper Tournant du 3 novembre 2013 : « L’appétit vient en réseautant »

Le 13 novembre dernier, le restaurant Beatrice (BICE) accueillait le souper tournant de la Jeune Chambre de Commerce de Montréal sous le thème « L’Appétit vient en réseautant ».

C’est dans une ambiance chic et chaleureuse qu’une soixantaine de gens d’affaires de la métropole se sont réunis pour faire part de leurs expériences, projets, expertises et bien sûr pour RÉSEAUTER tout en se délectant d’un repas sophistiqué.

Le concept original de Souper Tournant a permis à chaque invité de discuter avec 12 à 15 personnes différentes pendant 40 minutes, permettant ainsi de maximiser les chances à chacun de détecter des opportunités d’affaires ou d’apporter des pistes de réflexion ou encore tout simplement pour faire connaissance et apprendre davantage des autres.

RÉSEAUTER, ce n’est pas simplement ajouter un contact dans sa liste, c’est avant tout PARTAGER.

La soirée s’est ponctuée, entre chaque service, de tirage cadeaux tous plus prestigieux les uns que les autres, grâce notamment à nos commanditaires : Auberge et Spa Le Refuge, VSquarefitness, Jean Coutu, l’Hôtel W et FEI Canada.

Cet évènement fut un réel succès compte tenu des commentaires des participants dont la plupart n’hésitera pas à s’inscrire au prochain souper tournant qui aura lieu en 2014 soit le 2 avril sous le thème « Fais tourner ta carrière ».

Notez-le dans vos agendas, c’est un rendez-vous que je vous donne et à ne manquer sous aucun prétexte !!!

Cédric Aimo                                                                                                                             Collaborateur Souper Tournant,                                                                                    Comité Réseautage

Lancement du programme Réseau des Jeunes Entrepreneurs (RJE) de la JCCM

Le lancement du Réseau jeunes entrepreneurs (RJE) a eu lieu le lundi 21 octobre 2013 dans les locaux de Busbud au cœur du Mile End à Montréal. Le RJE est un programme qui vise à outiller les jeunes entrepreneurs dans le lancement de leur entreprise en misant sur l’accompagnement de mentors et d’experts en entrepreneuriat à travers des ateliers.

Ambiance conviviale, cocktail, invité de taille… Tous les éléments étaient réunis pour faire du lancement de cette première cohorte de 22 aspirants entrepreneurs, ayant été acceptés dans ce programme, une réussite.

Le courage de ces jeunes entrepreneurs à se lancer en affaires fut salué en ouverture de soirée par les directeurs du programme Romain Le Bihan et Julie Hubert, puis la parole fut donnée à la vice-présidente en entrepreneuriat Vanessa Cherenfant et la présidente Alexandra Corbeil pour une présentation du nouveau Programme Entrepreneurs et du mandat que se donne la Jeune Chambre à travers le RJE “Mieux contribuer au développement de la relève entrepreneuriale au Québec…” programme développé avec la contribution du Fonds de solidarité FTQ, le CEIM et Capital Innovation.

Les invités au cocktail ont été témoins de la présentation des projets porteurs des entrepreneurs de la cohorte 2013-2014. Louis-Philippe Maurice, PDG de Busbud, qui nous accueillait en ses locaux pour l’événement, a ensuite pris quelques moments pour partager en toute générosité son parcours d’entrepreneur, son expérience depuis le lancement de son entreprise ainsi que différents conseils et clés de succès dans le domaine de l’entreprenariat à Montréal.

“Dans la vie, il y a ceux qui regardent passer la parade, ceux qui en font partie, et ceux qui n’en connaissent pas l’existence. Soyez de ceux qui en font partie!“, a lancé Louis-Philippe Maurice.

La JCCM organise le Cocktail Entrepreneurs le 5 novembre prochain.

Ali Ouziame pour le Centrepreneur.

Image

Image