Archives d’Auteur: Amyn Benhassi

24h de soutien à la relève entrepreneuriale montréalaise !

Dès ce mercredi soir, la JCCM compte faire vivre un 24h inoubliable en entrepreneuriat. L’objectif visé est d’en ressortir inspiré et avec un réseau de contact élargi.

D’abord le Cocktail entrepreneurs, organisé en collaboration avec FounderFuel, la Société de développement économique de Ville-Marie (SDEVM) et la Maison Notman, un événement qui permettra  de rencontrer des entrepreneurs visionnaires ayant fait leurs preuves. Plus tard en soirée, un environnement convivial permettra d’échanger  avec les participants dont plusieurs entrepreneurs en devenir.

Le lendemain, jeudi 24 avril, le plus important rassemblement gratuit pour entrepreneurs et jeunes gens d’affaires de Montréal : le Salon Entrepreneurs, qui se tiendra au Palais des Congrès de Montréal à compter de 10h.

Cette 5ème édition est placée sous le thème #PropulserMtl et sa relève entrepreneuriale. Au programme, plus d’une trentaine d’organisations seront  présentes pour offrir des services de support aux entrepreneurs. Il y a également la possibilité de participer à des conférences et des ateliers sur les défis liés au démarrage d’entreprise et sur la croissance d’entreprises orientées solutions. Enfin, des entrepreneurs expérimentés seront présents pour partager leurs histoires et dévoiler leurs réalités d’entrepreneurs.

C’est une occasion idéale de s’outiller de techniques clés en entrepreneuriat et de rencontrer des acteurs influents dans ce milieu.

Le Salon laissera place ensuite à un concours de Pitch qui permettra de propulser les futurs et actuels talents du milieu entrepreneurial montréalais mais également de découvrir de nouveaux projets entrepreneuriaux.

Les candidats vont pouvoir s’affronter et présenter leurs projets devant 4 membres du jury : Danièle Henkel, entrepreneure en série et Dragon; LP Maurice, fondateur Busbud; David Nault, investisseur d’Inovia Capital et Caroline Pelletier d’Anges Québec.

Une conférence finale donnée par Yona Shtern, cofondateur et directeur général de Beyond The Rack, viendra clôturer ces 24h d’évènements entrepreneuriaux riches en inspiration et apprentissage avant de passer à une dernière séance de réseautage.

Environ 1000 personnes sont attendues ce mercredi et ce jeudi. Des occasions pour s’outiller et s’inspirer des différentes techniques entrepreneuriales.

Pour plus d’informations et inscriptions :

Cocktail Entrepreneurs : http://www.jccm.org/entrepreneuriat/cocktails-entrepreneurs/69-cocktail-entrepreneurs-la-maison-notman
Salon Entrepreneur : http://www.jccm.org/entrepreneuriat/salon-entrepreneurs/49-salon-entrepreneurs
Soirée Propulser Montréal : http://www.jccm.org/entrepreneuriat/salon-entrepreneurs/64-soiree-propulser-montreal

Par Afef Ayadi, Comité Centrepreneur

Publicités

Incontournables, ces femmes entrepreneures

Le 5 février dernier, la salle de réception de l’hôtel Hyatt à Montréal était à sa pleine capacité. Plus de 420 invités ont répondu à l’appel des Premières en affaires pour honorer les femmes entrepreneures du Québec et célébrer leur succès. Un chiffre record selon l’éditrice du magazine, Margarita Lafontaine.

Huit femmes d’exception ont été reconnues publiquement pour leur persévérance en entrepreneuriat tant sur le plan professionnel que social : Graziella Battista, Julie Bergevin, Joey Adler, Danielle Beaulieu, Lucie Leclerc, Kathy Altius, Joanne Watson et Marie-Sophie Dion.

 

La grande entrevue de la soirée fut avec Christiane Germaine, co-présidente du Groupe Germain hospitalité, qui a partagé son expérience entrepreneuriale. Voici quelques notes et conseils qui ont retenu notre l’attention
Sur le succès que connaît Le Groupe Germain
Tombée dans la marmite à très jeune âge, Mme Germain apprend le service à la clientèle sur le terrain dans la petite tabagie de son père. L’interaction avec des clients s’est développée de façon naturelle.
D’un premier hôtel en 1988 à Québec à douze hôtels à travers le Canada dont les trois nouveaux en construction, Le Groupe Germain continue son expansion pas à pas. « Il n’y a pas de recette magique » dit-elle, « on cherche continuellement l’équilibre entre le chic et l’harmonie selon les valeurs que mes parents nous ont transmis ».

Sur l’innovation

Bien qu’elle reconnaisse l’avantage de la technologie dans son domaine, cette dernière représente aussi un grand défi; selon elle, trouver la petite chose qui fait la différence  dans un environnement où tout le monde a accès à l’information devient alors la clé du succès. En étant celle qui a amené le concept du « resto-bar » à Québec en provenance de New York dans les années 70, le focus est désormais dans les moindres détails.

La série des hôtels Alt est d’ailleurs un exemple d’innovation et de bonne observation. Dans une époque où l’industrie avait besoin d’une qualité supérieure pour un prix abordable, ces derniers leur ont permis de renouveler l’offre des 3 étoiles au Canada et d’avoir une position dominante dans le marché.

Sur son style de gestion
Selon les gens qui l’entourent, elle a un style de « laissez-faire autoritaire ». Munie d’un esprit entrepreneurial, Mme Germain se pense assez tolérante aux erreurs de ses employés.  « Je n’interviens que quand le big picture commence à prendre une forme qui ne me plait pas », dit-elle.

Qualifiant l’industrie hôtelière comme étant très traditionnelle, investir dans ses employés et ses clients est l’essentiel d’un succès stable.

Sur l’échec
S’il y a bien un conseil à retenir de son discours c’est bien celui de valoriser l’échec: « les erreurs t’apprennent plus que tes succès », s’exclame Mme Germain.

Elle est d’ailleurs toujours plus intéressée à savoir ce qui n’a pas marché dans la vie de quelqu’un que le reste. Quand tout va bien en affaires, c’est là où il faut devenir plus prudent, ne pas se croire invincible est la leçon qu’elle tire de ses expériences. Au contraire, il faut être conscient des risques mais oser et continuer à foncer.

Sur l’engagement communautaire
Ses multiples implications sociales lui permettent de sortir de la routine, de se ressourcer, de se stimuler. « Je m’implique autant pour mon propre épanouissement que pour l’autre », dit-elle avec toute honnêteté. C’est une touche à tout, elle va avec son cœur sans nécessairement choisir un domaine d’intervention particulière.

Une belle soirée qui a souligné le parcours des femmes modèles dans le domaine des affaires.

Le Comité Centrepreneur de la Jeune Chambre de commerce de Montréal tient à remercier Damien Meunier, le directeur des opérations et marketing des Premières en Affaires de sa collaboration précieuse.

Par Humeyra A. Karsli

Le Founder Institute débarque à Montréal

L’incubateur Founder Institute Montréal donne la possibilité aux aspirants entrepreneurs de suivre un programme de 4 mois à temps partiel pour monter leur projet d’entreprise.

L’organisme prône « l’apprentissage par la pratique » et soutient que la plus-value réside dans l’expertise de la formation et l’esprit collaboratif. Depuis 4 ans, plus de 20.000 personnes ont déjà soumis leurs candidatures au programme à l’international.

Cela dit, le premier défi entrepreneurial serait d’être admis au programme. En effet, seulement 30% des candidatures sont acceptées. Grâce à des tests de comportements, Founder Institute affirme que cela permet d’identifier les entrepreneurs à fort potentiel.

La prochaine session du printemps 2014 se déroule du 29 avril au 18 juillet prochain. Cependant, la date limite pour poser sa candidature est le dimanche 13 avril 2014.

Les membres de la JCCM ne sont pas tenus de payer les 50$ généralement requis pour les frais de dossier. Par ailleurs, le meilleur projet retenu provenant de la JCCM bénéficiera de la gratuité de tout le programme, soit une valeur de 750$.

Afin d’accéder à cette bourse, vous devez appliquer avant le 23 mars prochain. Pour plus d’informations n’hésitez pas à visiter le site internet à l’adresse suivante (anglais) : http://fi.co/apply/montreal/jccm

Le Festival International du Startup 2013

Festival Start upPour une troisième année consécutive, le Vieux-Port de Montréal s’est transformé du 10 au 13 juillet dernier en village festif accueillant plus de 1400 personnes du monde des entreprises en démarrage. Retour sur ce que vous avez peut-être manqué.

Munis de leurs appareils électroniques, les amateurs d’entrepreneuriat de tous les horizons se sont retrouvés dans une ambiance estivale décontractée.

Clairsemées de hamacs et autres espaces de loisirs, une trentaine de tentes ont été érigées en face du Centre des Sciences de Montréal. On y trouve notamment des kiosques, des tables rondes (roundtables) et des ateliers (workshops). Plus de 40 bénévoles ont été mobilisés pour assurer la fluidité de l’événement.

Quant aux plénières intérieures, pas moins de 70 conférenciers se sont relayés pour instruire et inspirer l’audience de 500 personnes. Celles-ci comprenaient notamment les interventions de Danae Ringelmann, fondatrice de la plateforme de levées de fonds Indiegogo; l’astronaute canadien Marc Garneau, ou encore Dario Melio qui a co-fondé le site spécialisé en médias sociaux Hootsuite.

Le fondateur du festival, Philippe Telio, a remis à l’entrepreneur Jason Bailey un chèque de 70.000$ décerné par un jury de 13 investisseurs dont Alexandre Taillefer. Le gagnant a déclaré la veille que son entreprise L33dr.ly a « le pire nom mais le meilleur produit que vous aurez à rencontrer ». Le projet se décrit comme un moyen pour les développeurs de monétiser leurs jeux vidéo.

Julie Hubert, membre de la JCCM et habituée des lieux, ne semble pas en reste : « J’ai rencontré des partenaires l’année dernière et cette année une personne influente qui m’ouvrira de nouvelles portes. Ce festival a changé ma vie », a-t-elle clamé avec enthousiasme. Elle a par ailleurs eu la chance d’être parrainée par un donateur jumelé.

L’organisation est cependant consciente que le prix des billets peut constituer un frein pour un certain nombre d’entrepreneurs.

L’une des organisatrices, Morgane Suel, elle-même bénévole et récemment diplômée, révèle que « la journée portes ouvertes (du lendemain) a été créée pour renforcer le positionnement du festival en tant qu’écosystème entrepreneurial à Montréal ». Ce qui explique également que plusieurs activités connexes dont Startup Weekend et Demo Day ont eu lieu en marge de ce festival.

Le International Startup Festival sera de retour du 9 au 12 juillet 2014 pour une 4ème édition.

Comment créer une entreprise en 54 heures ?

startup weekendC’est du moins la formule saisissante que propose le concours international Startup Weekend. La deuxième édition montréalaise s’est déroulée à HEC Montréal du 8 au 10 février dernier. Retour sur l’expérience vécue par près de 120 apprentis entrepreneurs.

Dans une ambiance survoltée, une vingtaine d’équipes se sont formées pour développer un projet à présenter au jury d’investisseurs potentiels dont John Stokes, fondateur de Real Ventures. Les entreprises étaient aussi variées que les porteurs de projets eux-mêmes.

Il s’agit notamment de l’agrégateur d’informations Dashbook, dont l’équipe s’est démarquée par le professionnalisme de sa présentation. CrowdMedia, qui se définit comme une fusion entre iStock et Instagram, a plutôt engrangé des points sur l’originalité du concept. Enfin, l’élaboration poussée du projet Smartalyzer, un gadget qui ne laisse démarrer les autos qu’après un alcootest, lui a permis de se hisser parmi les 3 gagnants.

Les applaudissements du public semblaient d’ailleurs préméditer ces gagnants. L’amphithéâtre composé de 500 sièges était comble.

Certains n’en sont pas à leur première participation. C’est le cas de Said Radhouani, qui s’est inspiré de sa nouvelle expérience parentale pour proposer cette fois-ci l’application MyKids360. D’autres sont venus d’ailleurs, tels que Brandon Chartreau d’Ottawa, Gael Rivaud de France, et même d’Iran.

Au-delà des prix à gagner, l’événement a permis de rassembler des talents, d’offrir de la visibilité et de gagner ainsi en crédibilité. Pour Caroline Matte, de Sport Réservations, il s’agit de l’opportunité de s’associer avec d’autres entrepreneurs complémentaires. « C’est un très bon moyen de tester notre collaboration », a-t-elle lancé à l’égard de son associé Marc-André.

C’était également l’occasion de réaliser que la vie entrepreneuriale est semée d’embûches. Les fondateurs de Gelp ont adopté un ton pédagogique pour déclarer que leur entreprise s’est mise en faillite avant même de se lancer, sous le regard ébahi du jury. L’autre exemple est Brushup, un projet créé in-extremis par Naomi Ananou.

L’ensemble des participants ont néanmoins eu la chance d’être encadrés par une quinzaine de mentors qui ont fait leurs preuves, dont LP Maurice de Busbud.

Les bénévoles quant à eux débordaient d’enthousiasme et semblaient se retrouver dans le même état d’esprit que les entrepreneurs.

L’organisation de l’événement n’a pas été facile pour autant, affirme Julie-Anne Larose, l’une des organisatrices. Selon elle, « tout s’est passé sans imprévus mais il a fallu 6 mois de préparation », en mentionnant à juste titre n’avoir dormi que 3 heures la veille.

MTL NewTech : le réseautage pour technophiles

La 46ème édition de MTL NewTech s’est tenue le 4 septembre dernier dans les bureaux de Google Montréal en présence d’une centaine de passionnés des nouvelles technologies.

Chaque mois depuis 2008, cet événement de réseautage offre à 5 entreprises en démarrage l’occasion de se présenter dans une brève démonstration de 5 minutes suivie d’une période de questions.

Pour certains, il s’agit de valider un nouveau service auprès d’une audience réelle, alors que d’autres en profitent pour répandre le mot et marquer le lancement officiel de leur produit. Lire la suite

Vous et le tutoiement

Les jeunes gens d’affaires semblent davantage confrontés au dilemme du tutoiement. Si la pratique de se tutoyer est courante et généralement bien accueillie à la JCCM, qu’en est-il ailleurs à Montréal ? Le blogue a cherché à connaitre la perception de ses lecteurs à travers un sondage. Lire la suite