État des lieux et améliorations envisageables au système universitaire – nouvelle étude de l’OCDE

Le Canada est le pays où le taux de diplomation postsecondaire est le plus élevé de l’OCDE. En ce qui a trait à la proportion de citoyens ayant un diplôme universitaire, le Canada se classe significativement au-dessus de la moyenne. Avec de tels résultats, quelles sont prochaines étapes pour augmenter l’avantage compétitif du pays sur cette matière? Des chercheurs ont tenté de répondre à cette question.

Les chercheurs débutent leur étude du système canadien d’éducation postsecondaire en faisant quelques constats :

1. Les systèmes d’éducation postsecondaires démontrent généralement un certain niveau de flexibilité. La reconnaissance des acquis entre les institutions tend à s’accroître et les disciplines universitaires sont aussi de plus en plus mélangées avec les disciplines techniques.

2. Si le revenu des familles est un facteur important dans la détermination du taux de fréquentation du système universitaire, l’éducation des parents et la performance d’un élève à l’école secondaire sont les deux facteurs les plus importants.

3. Les frais de scolarité ont un impact sur le taux de fréquentation du système universitaire.

4. La compréhension du coût des études et de leurs bénéfices a un impact important sur le choix fait par les individus.

5. À l’échelle individuelle, le Canada a un des taux de retour sur investissement (RSI) les plus bas en matière universitaire dans l’OCDE. Cela pourrait s’expliquer en partie par la bonne performance des secteurs nécessitant un niveau d’éducation moins élevé. Mais il y a aussi le fait l’éducation universitaire est avant tout avantageuse pour les Canadiens d’origine, qui ont un RSI beaucoup plus important que les immigrants, dont le RSI d’une éducation universitaire a diminué dans les dernières années. Au surplus, les citoyens canadiens issus de l’immigration ont un taux de diplomation supérieur à celui des Canadiens d’origine. Cela met donc en évidence un problème au niveau de la reconnaissance des compétences chez les immigrants, ce qui affecte le bilan du Canada d’une manière importante. Il appert aussi que les immigrants ayant fait leurs études au Canada ont un bien meilleur sort que ceux ayant fait leurs études à l’étranger.

6. Les chercheurs sont d’avis que les incitatifs fiscaux octroyés pour encourager l’éducation universitaire avantage de manière importante les classes plus aisées.

7. La proportion des Canadiens formés en science, en technologie, en génie et en mathématique dépasse la moyenne de l’OCDE et des États-Unis. Le nombre de détenteurs de maîtrise ou de doctorat est légèrement inférieur à celui de l’OCDE, mais la proportion des diplômes de deuxième cycle octroyés en science est très élevée (54%, 4e/38 OCDE).

8. Le Canada est parmi les pays qui dépensent le plus en matière d’éducation postsecondaire (2.5% du PIB).

En bref, le Canada est bien positionné au niveau de son système d’éducation postsecondaire.

À la lumière des constats énumérés ci-haut, les chercheurs proposent des améliorations au système universitaire canadien :

1. Augmenter le ratio d’étudiants étrangers dans les universités, favoriser l’obtention du statut de résident permanent  pour ces étudiants et augmenter leurs occasions d’emploi.

2. Entamer une discussion au sujet des frais de scolarité lorsqu’il y a des difficultés au niveau des finances publiques.

3. Allouer des fonds pour mieux comprendre les coûts et les bénéfices de l’éducation, et ce, afin d’aider les étudiants dans leur réflexion sur un choix de carrière. Augmenter la diffusion de ces informations.

4. Mieux cibler les politiques d’accessibilité afin de s’assurer qu’elles aident les gens qui en ont véritablement besoin.

Qu’en pensez-vous? Êtes-vous en accord avec ces conclusions?

Référence :

Cheung, C., Y. Guillemette and S. Mobasher-Fard (2012), “Tertiary Education: Developing Skills for Innovation and Long-Term Growth in Canada”, OECD Economics

Department Working Papers, No. 991, OECD Publishing. http://dx.doi.org/10.1787/5k92pghq4247-en 

Voir aussi:

Productivité et capital humain: données sur l’intégration des nouveaux arrivants au marché du travail

L’innovation au Québec et au Canada en 2012

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s