Immobilier commercial : place à l’efficacité énergétique!

L’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments est une des avenues les plus prometteuses pour améliorer le bilan des émissions de gaz à effet de serre. En effet, les économies d’énergies d’ici 2030 au niveau commercial pourraient être de 46 – 51 % au Canada. (1) Par ailleurs, miser sur l’efficacité énergétique procure des retombées économiques considérables. (2) (3) Miser sur l’efficacité énergétique dans l’immobilier commercial pourrait donc être une politique publique intéressante.

Concrètement, 50 % de l’énergie utilisée par l’immobilier commercial est consacrée au réchauffement de l’espace. (1) Le reste de l’énergie est utilisée pour le chauffage l’eau, le fonctionnement des équipements auxiliaires, l’éclairage et la climatisation. (1) Dans tous les cas, l’efficacité énergétique des bâtiments peut être améliorée. (1)

Toutefois, il y a des obstacles. Premièrement, il faut distinguer les propriétaires des utilisateurs. Les utilisateurs de l’immobilier commercial bénéficient rarement des économies d’énergies sur leur facture; ce sont les propriétaires qui en profitent. À cela s’ajoute un plus grand intérêt pour le coût initial d’un investissement plutôt que celui s’échelonnant sur la totalité de son cycle de vie. Finalement, les difficultés à calculer les bénéfices des économies d’énergie, le manque de connaissances sur les occasions permettant d’économiser de l’énergie et la nécessité d’investir dans la formation du capital humain sont d’autres obstacles. (1)

Une multitude de solutions existent pour contourner ces obstacles. Au niveau des parties impliquées (propriétaires et utilisateurs), le partage des bénéfices des économies d’énergie permettrait de favoriser l’adoption de bonnes pratiques. Par ailleurs, la prise en compte des coûts sur l’ensemble du cycle de vie d’un investissement permet aussi de mieux conjuguer les considérations environnementales et économiques. (1)

Du côté gouvernemental, il y a trois principales options. En premier lieu, le gouvernement peut améliorer la performance de ses propres bâtiments. Au surplus, des incitatifs fiscaux peuvent être octroyés; considérant les retombées économiques potentielles, cette voie est envisageable (2) (3). Finalement, les avancées en matière d’efficacité énergétique coïncident généralement avec les rehaussements dans les standards de construction. (1)

En somme, l’économie d’énergie dans l’immobilier commercial est certainement une avenue intéressante pour améliorer le bilan environnemental du pays.

Qu’en pensez-vous?

(1)    Conference Board du Canada, Energy Management in Commercial Buildings: The Value of Best Practices

(2)    Enkvist, Per-Anders, Tomas Nauclér, and Jerker, Rosander A cost curve for greenhouse gas reduction The McKinsey Quarterly, 1: 35–45. Voir aussi The cost of carbon abatement

(3)    Cyberpresse, Un programme d’efficacité énergétique profiterait aux provinces

Le train léger sur rails ou service rapide par bus?

L’importance économique d’un réseau de transport efficace

 

Stimuler l’innovation dans les technologies vertes: un rapport de l’OCDE

Les occasions d’affaires en environnement: Montréal peut-elle en tirer profit?

Image : Roy Tennant, freelargephotos.com

3 réponses à “Immobilier commercial : place à l’efficacité énergétique!

  1. Bien et bravo pour ce blog et les information de valeur pour le Immobilier commercial : place à l’efficacité énergétique! j’aime bien le contenu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s