Les transports en 2012 : une année décisive

Par Pasquale Lo Mascolo: En 2012, la région métropolitaine fera face à de grands choix en transport. Parmi les nombreux projets sur la table à dessin : le train de l’Est, le train de l’Ouest, le système rapide par bus sur le boulevard Pie-IX, le prolongement du métro, la navette aéroportuaire, l’échangeur Turcot, l’autoroute métropolitaine et les liens routiers entre Montréal et la Rive-Sud (Lafontaine, Mercier, Champlain). Et bien sûr, tous les projets qui nous permettront d’atteindre nos cibles de réduction de gaz à effet de serre, notamment l’électrification de nos transports collectifs.

Nous voici donc à la croisée des chemins : plusieurs infrastructures de transport routier et collectif de la région métropolitaine ont besoin d’être rénovées rapidement et de nouveaux services de transports collectifs sont nécessaires pour répondre à la demande croissante. En même temps, le gouvernement du Québec cherche à réduire ses dépenses, le gouvernement fédéral ne semble pas intéressé à investir dans les infrastructures de transport collectif et nos villes sont à la limite de leurs investissements.

Face à des budgets restreints, le gouvernement du Québec, par le biais du ministère des Transports (MTQ), devra prioriser la rénovation de nos infrastructures de transport avant le développement des nouvelles. Même si le renouvellement des infrastructures est aussi coûteux – sinon plus – que la construction de nouvelles routes et gares, il est indispensable.

Pour financer les projets de transports collectifs, que la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) estime à 23G$ d’ici 2031, de nouvelles sources de financement devront être trouvées. Péage régional ou sur les ponts, augmentation de la taxe sur l’essence, taxe sur le stationnement ; les possibilités sont nombreuses et les choix seront difficiles. La capacité à payer des citoyens étant limitée, il faut s’assurer d’affecter tous les nouveaux revenus à un plan de transport clair. Ce dernier constitue tout un défi!

Présentement, l’Agence métropolitaine de transport, les sociétés de transport de Montréal, de Laval et de Longueuil, les conseils intermunicipaux de transport et le MTQ ont chacun leurs propres plans. Si tous les acteurs semblent s’entendre sur la liste des projets de la CMM, les priorités restent à déterminer.

Afin de convaincre le gouvernement du Québec d’investir dans les nouvelles infrastructures de transport collectif dans la région métropolitaine, la CMM devra parler d’une seule voix et présenter une liste de priorités.

Dans l’attente, le MTQ misera évidemment sur les projets déjà en chantier…

Pour en apprendre davantage, vous pouvez consulter la liste des projets de transport collectif de la CMM, le Plan stratégique 2020 de la STM et la Vision 2020 de l’AMT.

3 réponses à “Les transports en 2012 : une année décisive

  1. Pingback: Orientations gouvernementales et les enjeux en matière de changements climatiques – Une priorité pour Montréal |

  2. Pingback: L’importance économique d’un réseau de transport efficace |

  3. Pingback: Le train léger sur rails ou service rapide par bus? |

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s