La croissance de la productivité – quel rôle pour les universités?

Les auteurs Lynch et Sheik (1) ont récemment mis en lumière que la croissance de la productivité canadienne est beaucoup plus faible que celle des États-Unis et de l’Australie. Parallèlement, les entreprises canadiennes investissent peu dans la recherche et le développement; 2,7% du PIB est investi en recherche et développement par les entreprises du Japon et de la Suède.  Aux États-Unis, en Australie et au Canada, ce taux est respectivement de 1,9%, 1,2 % et 1, 1% (1).

Investir dans les universités pourrait être une solution à nos problèmes de productivité. Comme indiqué dans un billet précédent, la commercialisation de la recherche universitaire a notamment pour avantage :

  1. De permettre la création d’un environnement d’innovation,
  2. D’offrir aux entreprises l’occasion d’utiliser des infrastructures de pointe et
  3. D’améliorer notre environnement social.

Pourtant, comme illustré dans le document « Regard sur les collaborations entre les entreprises et les universités canadiennes », un nombre important d’entreprises ne voit pas l’utilité de collaborer avec les universités et ne connait pas les occasions de collaboration. Malgré l’urgence de la situation et malgré un régime fiscal favorisant la recherche et le développement, pourquoi les entreprises hésitent-elles à investir dans nos universités? Avez-vous déjà collaboré avec une université? La parole est à vous!

(1)                      Kevin Lynch and Munir A. Sheik, Innovation Dividend = Stronger Productivity Growth (2011), Hyperlien.

Évènement :

Rendez-vous du savoir

Billets précédents :

La valorisation de la recherche universitaire, c’est rentable?

Incubateur J.-Armand-Bombardier

Minimiser les risques associés à la R&D

Image: Salvatore Vuono / FreeDigitalPhotos.net

6 réponses à “La croissance de la productivité – quel rôle pour les universités?

  1. Selon une étude du Centre de la productivité et la prospérité: « Notre analyse montre que la province se classe entre le 10e et le 11e rang des pays membres de l’OCDE analysés en matière de dépenses en recherche et développement, alors qu’elle se situe entre le 15e et le 16e rang pour les brevets. Étant donné le niveau de dépenses en recherche et développement, la performance en termes de brevets devrait être supérieure. » Référence: http://cpp.hec.ca/cms/assets/documents/recherches_publiees/CE-2010-01_Innovation_avril2011.pdf

    Url du Centre: http://cpp.hec.ca

  2. Pingback: Stimuler l’innovation dans les technologies vertes: un rapport de l’OCDE | Ma montréalité

  3. Pingback: Pour un Plan Sud – l’importance du financement public de la recherche | Ma montréalité

  4. Pingback: Les anges investisseurs: bénéfice potentiel pour la productivité et le développement économique | Ma montréalité

  5. Pingback: Les anges investisseurs: bénéfices potentiels pour la productivité et le développement économique | Ma montréalité

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s